Le Plan C

Avec un chômage record, les Français, dans leur globalité, exigent des résultats rapides de leurs nouveaux dirigeants. S'ils ne viennent pas, que faire? Patienter ou se radicaliser? Aux élections, s'abstenir ou se laisser séduire par des démagogues ou des populistes? N'existe-t-il donc pas d'autres choix?Moi, citoyen normal, parce que je suis persuadé qu'un monde meilleur, équilibré est vraiment possible, si nous nous impliquons davantage, je propose des réformes structurelles concrètes pour notre société (éducation, écologie, fiscalité, dettes, retraites, Europe, finance internationale), pour mettre fin au fatalisme, à l'attentisme.

144 pages  -  ISBN : 9782342018233  -  Essai > Commander le livre
La presse en parle

Démarche et des marches citoyennes pour la planète

Il aura fallu la démission du ministre N. Hulot pour que mes concitoyens descendent dans la rue ce weekend, suite à un "appel" d'un citoyen lambda. Résultat : près d'une centaine de milliers dans toute la France.
Finalement, à quoi servent les élections (présidentielles de 2007 et le pacte écologique de N. Hulot suivi du "Grenelle de l'Environnement", européennes en France de 2009 avec le succès de EELV, présidentielles de 2017 et le projet EELV...) ou encore les conférences internationales sur le climat (COP) ? L'opinion est prête depuis longtemps ; nos décideurs élus manqueraient-ils de courage en se défaussant sur le voisin ?

Déjà dans mon essai je dénonçais ce type de comportement irresponsable et proposais des mesures la plupart contraignantes car je ne crois pas en des mesures incitatives dans des situations d'urgence !
Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, sans parler de toutes les catastrophes naturelles, et d'autres mesures avec des dates butoirs peuvent se mettre en place sans attendre (liste non exhaustive) :
- rénovation thermique : l'exemple doit venir d'en haut avec mise aux normes thermiques et pose de panneaux photovoltaïques pour tous les bâtiments publics et/ou accueillant du public (écoles, musées...) d'ici 2030 ;
- pour préserver la qualité de l'air : à l'horizon 2030, interdiction de vente de VL à moteur thermique, seulement des voitures à moteur hybride ; développement du ferroutage et du transport fluvial financé par l'éco-taxe ;
- pour la qualité de l'eau : dès 2020, décupler les amendes pour dégazage en mer et pour la pollution des nappes phréatiques et autres rivières ; prêt à taux zéro (PTZ) pour financer des projets d'assainissement, d'irrigation (et de centrales hydrauliques ?) dans le monde ;
- pour la qualité de la terre : planter dans l'année 2 arbres quand un est abattu ou brûlé (dans la même circonscription) ; augmenter les droits de douane pour les aliments contenant de l'huile de palme, etc.

Ce manque de courage ne fait que renforcer l'impression d'impuissance chronique, donc un certain "dégagisme", d'où la poursuite de la montée de populistes, démagogues, nationalistes, europhobes ..., peu importe leur nom, non seulement aux élections intermédiaires mais aussi dans les élections législatives et/ou présidentielles. Aurait-on déjà oublié le "succès" relatif aux dernières élections européennes de 2014 puis la victoire des partisans du Brexit ?

Non, non, rien n'a changé, tout, tout va continuer...

Philippe POINSOT de Dijon
Posté le 09/09/2018 11:16:30
Laissez un commentaire
Votre nom ou pseudonyme * :
Votre e-mail * :
Votre message * :

* Champs obligatoires.