Le Plan C

Avec un chômage record, les Français, dans leur globalité, exigent des résultats rapides de leurs nouveaux dirigeants. S'ils ne viennent pas, que faire? Patienter ou se radicaliser? Aux élections, s'abstenir ou se laisser séduire par des démagogues ou des populistes? N'existe-t-il donc pas d'autres choix?Moi, citoyen normal, parce que je suis persuadé qu'un monde meilleur, équilibré est vraiment possible, si nous nous impliquons davantage, je propose des réformes structurelles concrètes pour notre société (éducation, écologie, fiscalité, dettes, retraites, Europe, finance internationale), pour mettre fin au fatalisme, à l'attentisme.

144 pages  -  ISBN : 9782342018233  -  Essai > Commander le livre
La presse en parle

Le Grand Débat et le temps de la maturité

Le grand débat n'est pas la 1ère consultation publique, avec une plateforme numérique : il suffit de se rappeler la consultation sur les retraites et celle dirigée par le CESE (Conseil Economique Social et Environnemental), sur les mêmes thèmes de ce fameux "grand" débat. Mais il y a deux poids deux mesures : 1) il est si commenté alors qu'il n'est pas encore terminé ; 2) il s'accompagne d'une "itinérance" (choisie ?) programmée à la dernière minute par des ministres, voire le Président en personne, interpelés directement par maires et citoyens de la ruralité, de la banlieue francilienne, des jeunes, etc. ! Un gôut de déjà vu de campagne électorale ...?

S'il est facile de dénigrer en insistant sur la part des anonymes, des associations ou lobbies qui pourraient fausser "scientifiquement" le résultat (le panel ne serait pas représentatif de la société) ou encore sur quelques doléances dites phares, c'est-à-dire des objectifs sans les moyens (de compensation financière), n'est-ce pas non plus la faute à l'exécutif (le Président) qui annonce, l'intendance (Bercy) devant suivre ?

Ne restons pas sur la forme mais examinons le fond de cette affaire.

- Sur la fiscalité, c'est devenu le concours Lépine pour trouver de l'argent pour l'exécutif : il suffirait qu'il prenne le quart d'heure lecture pour examiner, analyser des rapports d'experts et modestement mon essai et mes contributions (publiées sous mon nom), au lieu de se vanter d'avoir réussi le prélèvement à la source, qui n'est autre qu'une externalisation supplémentaire de la collecte d'impôts et taxes, bref la voie vers la fin des impôts directs, et peut-être progressifs, voire du foyer avec le taux individualisé sur la fiche de paye.
J'ai proposé une nouvelle CSG progressive, que je rebaptise PSG (P pour participation), pour que celle-ci ne soit pas retoquée par le Conseil Constitutionnel : ma révolution est que le taux dépend du revenu de sorte qu'il soit plus faible pour de faibles revenius, et donc plus élevé pour des revenus élevés : voir mon essai et/ou mes contributions en ligne pour les formules et les exemples chiffrés. Cela répond à l'attente de "justice fiscale" et d'un retour très hypothétique de l'ISF...
Si je n'ai quasiment aucune chance d'être lu et entendu par l'exécutif, dernier décisionnaire avec le Parlement, je peux espérer que médias et concitoyens prendront le relais pour tenter d'influencer ce microcosme qu'est notre personnel politique, qui, quoique rajeuni, semble toujours aussi suffisant.

- Sur le RIC et plus largement sur un référendum qui viendrait clôturer la phase de la crise des "gilets jaunes", sans entrer dans les détails juridiques, quel dommage de déjà rejeter la tenue d'un référendum le jour des élections européennes : il suffit de bien choisir le type de questions. En effet, s'il s'était agi de poser des questions d'ordre insttutionnel (vote blanc, nombre de parlementaires, etc.), à quoi bon la réunion si solennelle du Congrès pour les réformes constitutionnelles qui, au lieu de voter les dispositions, vont donner l'autorisation de procéder à un référendum coûteux ?
Je propose encore une fois - c'est mon côté constructif - un référendum sur l'heure légale à adopter : il s'agit aussi indirectement d'une question européenne ! Par exemple ce référendum QCM pourrait s'articuler ainsi : êtes-vous pour ou contre le changement d'heure ? 1) si oui, voulez-vous a) garder les heures actuelles ? b) reculer d'une demi-heure ? 2) sinon, quelle heure légale voulez-vous ? a) l'heure d'hiver actuelle (heure solaire + 1h) ? b) l'heure d'été actuelle (heure solaire + 2 h) ? c) entre les deux (heure solaire + 1h 30 min) ?

Quant au "grand débat", pourquoi l'exécutif ne se donne-t-il pas plus le temps (l'été) pour tout analyser avec davantage de sérénité ? Le budget ne sera voté qu'en automne... et les autres lois auront mûri, comme les citoyens et l'exécutif ?!

Philippe POINSOT de Dijon
Post� le 06/02/2019 11:41:07
Laissez un commentaire
Votre nom ou pseudonyme * :
Votre e-mail * :
Votre message * :

* Champs obligatoires.